Retour
30.12.2014

NOUVEL AN 2015 : Voeux de M. Abderhamane NIANG, Président de la Haute Cour de Justice, à SEM le Président de la République (Koulouba, le 29 décembre 2014)

Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat

Au moment où l’année 2014 tire à sa fin, et à l’occasion de la nouvelle année, les membres de la Haute Cour de Justice se réjouissent d’être face à vous, aujourd’hui, pour vous souhaiter personnellement une bonne et heureuse année 2015. Ils y associent les membres de votre famille et l’ensemble de vos collaborateurs.

Monsieur le Président,

Il est heureux que ce soit devant votre personne que la Haute cour de justice présente, pour la première fois, les vœux traditionnels de fin d’année.En effet, prévue par la Constitution depuis 1992, elle n’a pu être fonctionnelle que sous votre magistère. Cela n’a été possible que par la volonté politique que vous avez maintenue depuis notre élection par l’Assemblée Nationale du Mali en Mars 2014.

M. Abderhamane NIANG, Président de la haute Cour de Justice

M. Abderhamane NIANG, Président de la haute Cour de Justice

M. le Premier Ministre et tous les Ministres concernés ont fait montre d’une grande disponibilité et cela malgré notre empressement dans un environnement difficile pour tous.

Monsieur le Président,

Nous avons considéré cette volonté politique comme un acte de courage à saluer, si l’on sait que la mission de cette Haute Cour de Justice est de juger le Président de la République lui-même et ses Ministres et leurs complices si la trahison et le crime sont établis contre eux dans l’exercice de leurs fonctions. Cette volonté politique est méritoire dans notre continent dont beaucoup de dirigeants ne veulent pas entendre parler de tribunal exclusivement dédié à eux.

Elle est également à saluer car elle est la manifestation de votre volonté de vous soumettre à la rigueur de la loi, d’être sujet de droit comme n’importe quel citoyen du pays.

Elle est surtout à magnifier car elle contribuera à renforcer l’état de droit, à lutter contre l’impunité dans notre pays où le chef est, généralement, considéré étant au-dessus des lois.

Monsieur le Président,

Dès notre prise de fonction, pour être rapidement à hauteur de mission, nous nous sommes engagés dans le renforcement de nos capacités par des formations approfondies et nous entamons dans les jours à venir des échanges d’expériences avec les pays qui ont une expérience avérée dans ce domaine si sensible.

Lors de l’audience que vous aviez bien voulu nous accorder, vous avez insisté sur la nécessité pour nous de rendre la justice rien que la justice. Vous avez ajouté que, dans notre pays aujourd’hui, il ne peut avoir de place pour un quelconque règlement de compte et vous, personnellement, n’avez aucun compte à régler avec un malien.

Oui, M. le Président, cela a été et sera toujours notre ligne de conduite dans la mission que la nation nous a confiée. Nous l’avons dit et permettez-moi de le répéter à l’occasion de cette cérémonie solennelle, que la Haute Cour de Justice n’a pas été créée contre une catégorie de maliens ou pour satisfaire le désir de vengeance d’une autre catégorie.

Nous serons là, au nom du peuple malien et avec tous les maliens profondément soucieux du devenir de ce pays, afin de faire admettre par tous que nul n’est et ne sera au-dessus de la loi et que les intérêts supérieurs de la Nation seront protégés en ce qui nous concerne.

Monsieur le Président,

Avant de terminer, je voudrai vous souhaiter, au nom de mes collègues, une bonne santé pour vous permettre de contribuer au retour de la paix et de la cohésion nationale afin, Mr le Président enfin, de vous consacrer à la mise en action de l’ambitieux projet de société dont vous êtes porteur.

Je vous remercie de votre attention !