Retour
07.01.2015

NOUVEL AN 2015 : Vœux du Médiateur de la République à SEM le Président de la République (Koulouba, le 29 décembre 2014)

Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,  

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, 

Mesdames et Messieurs les Ministres, 

Monsieur le Président,

C’est un agréable devoir, pour moi, de vous présenter ici, en mon nom  et en celui de tous les collaborateurs du Médiateur de la République, nos vœux chaleureux de bonne et heureuse année 2015.

13

Que le Nouvel An vous apporte à vous-même et à vos proches le meilleur de ce que vous en attendez. Que la bénédiction divine soit sur vous et sur l’ensemble de notre cher pays.

Nous implorons la Grâce divine pour que le Très Miséricordieux préserve le MALI et permette à toutes et tous de retrouver la paix des cœurs et des esprits.

Nous avons tous grand besoin de cette paix : pas seulement pour la tranquillité des populations qui doivent pouvoir vaquer à leurs saines  activités dans la quiétude, mais aussi et surtout pour les principaux acteurs de notre économie et de notre démocratie qui doivent  pouvoir prendre des engagements toujours plus forts, dans l’immense travail de reconstruction nationale que vous avez promise au pays et pour lequel chacun doit assumer sa part de labeur.

L’année 2014 s’achève. Elle n’aura pas été exempte de mouvements d’opinion suscités par des sujets d’actualité qui sont d’intérêt national. En effet, des dossiers politiques, économiques, sociaux et sécuritaires ont interpellé l’opinion nationale tout au long de cette année.

Par delà les formes et les contenus de leurs manifestations, ces mouvements d’opinion portent en eux, la marque d’une démocratie prompte à s’exprimer sur toute matière qu’elle ressent comme relevant d’une problématique de bonne gouvernance.

Ce faisant, ils signent, dans la conjoncture actuelle, une conscience publique en éveil qui questionne  les grands dossiers de la vie de la Nation. Certes, être attentif à cette veille, pourrait tenter quelques démagogies faciles. Telle n’est pas l’attente bien comprise de cette opinion là.

Tel ne saurait, non plus, être  le cas de ce que nous savons de vos convictions personnelles patriotiques et républicaines. Dans les conditions de « transition » où se trouve le pays après la catastrophe de 2012, l’exercice responsable, par le peuple, des libertés et droits démocratiques  invite l’Etat et le Gouvernement à une station qui assure l’entretien d’un dialogue politique et social certes ouvert entre gouvernants et gouvernés, mais en même temps, ferme à la mesure de la bonne dose d’une autorité de l’Etat qui garantit l’ordre public et le fonctionnement normal des Institutions.

Monsieur le Président, 

Une des grandes questions nationales qui continue à être une préoccupation majeure de l’opinion publique est bien évidemment la question du Nord.

Alger !  à cause des pourparlers inter maliens qui s’y déroulent, cette ville aura tenu en haleine les forces vives de la Nation tout au long de 2014.

La nature même des sujets qui sont débattus dans ces pourparlers aura eu un effet de catalyse  sur le réveil de la conscience politique, au sens noble du terme, de la société civile et de l’opinion publique.

En témoignent les manifestations civiles  qui ont perlé dans toutes les régions du pays, y compris à Kidal, tout comme la variété d’expressions publiques de soutien au processus d’Alger, dans les limites que vous avez posées et que vous appelez, à juste titre « les lignes rouges ».

Il n’a pas été jusqu’aux Institutions de la République, qui n’aient exprimé, avec des mots qui respectent totalement leurs statuts, leur soutien à la recherche de cette paix et cette réconciliation fraternelles, auxquelles aspire profondément le pays tout entier.

Monsieur le Président,

Dans ses promesses de liberté, de justice et de dignité pour tous ses fils, la République du Mali mérite toutes les bénédictions et nous implorons DIEU, dans sa grâce infinie, qu’IL favorise le pays dans sa quête de paix et de réconciliations nationales.

Nous L’implorons aussi pour qu’IL continue à vous faire bénéficier de Son inspiration, vous qui avez aujourd’hui la charge de conduire les destinées de notre pays, dans ces temps si difficiles.

Monsieur le Président,

L’an 2014 nous aura apporté un autre sujet d’inquiétude collective. Il s’agit du virus Ebola. Les dispositifs d’alerte, les mesures de contrôle aux frontières, les incitations répétées à l’observance de l’hygiène publique dans les centres urbains contribuent efficacement à garantir l’action préventive menée par les pouvoirs publics.

Nous observons une véritable mobilisation, que ne cessent de conforter les exhortations des Services de la Santé Publique, les visites sur le terrain entreprises par les plus Hautes Autorités de l’Etat, l’aide matérielle apportée par la solidarité internationale.

Les résultats déjà acquis  autorisent l’espoir. Nous implorons le Bon DIEU pour qu’IL consolide nos efforts afin que nous écartions définitivement de notre pays, cette menace.

Monsieur le Président,

En 2014, le Médiateur de la République a poursuivi la mise en œuvre de ses activités, avec le souci constant de n’omettre aucune région où les symboles de la République du Mali se manifestent. Il le fait avec aussi le souci de toucher tous les citoyens où qu’ils se trouvent.

Deux évènements ont été réalisés qui ont une portée significative :

Le 08 décembre 2014, le Médiateur de la République s’est doté formellement d’une identité visuelle. Il s’agit d’un LOGO, conçu pour les Services du Médiateur de la République par un diplômé du Conservatoire Multimédia Balla Fasséké KOUYATE. Ce logo affirme publiquement l’ancrage du Médiateur de la République dans le paysage institutionnel de notre pays.

Par son originalité, son approche visuelle, le symbolisme qu’il véhicule de l’action du Médiateur de la République, ce logo devient l’image de marque facilement identifiable par les Administrations et par les Citoyens. Sa légende se résume comme suit :

- La couleur violette du fond signifie espoir- protection-union ;

- Les trois personnages représentent les citoyens dans une rencontre de conciliation, l’un d’entre eux s’interposant entre les deux autres ;

- La carte du Mali suggère notre République dans toutes ses dimensions humaines, géographiques, historiques et culturelles ;

- Le drapeau national sous forme de toile ou d’arc-en-ciel suggère l’action du Médiateur de la République sur toute l’étendue du territoire national.Avec l’adoption de ce logo, la charte graphique du Médiateur de la République définira les règles d’utilisation de l’identité graphique de l’Institution.

Le 10 décembre 2014, s’est tenue ici à Bamako, la 19ème session de l’Espace d’Interpellation Démocratique (EID). Cet évènement a coïncidé avec le vingtième anniversaire de ce forum. A cette occasion, un petit film documentaire a été conçu par les Services du Médiateur de la République pour témoigner et rendre hommage aux initiateurs de ce Forum, en tête desquels l’ancien Président Alpha Oumar KONARE et l’actuel Président Ibrahim Boubacar KEÏTA.

Ce Forum, on l’a dit souvent, est une originalité malienne. Au fil des ans et malgré les vicissitudes, il continue de jouer un rôle effectif en faveur de l’exercice des libertés citoyennes, de la promotion de l’Etat de droit et de l’instauration d’une culture démocratique au Mali.Tant et si bien que, sur le plan national, la CNDH et les Associations des Droits de l’Homme ont pu déclarer le 1er décembre 2012 : « l’Espace d’Interpellation Démocratique appartient au peuple souverain du Mali ». Nous sommes sur la voie d’un patrimoine.

Monsieur le Président,

A l’occasion de la présentation des vœux de Nouvel An, vous recevez certes beaucoup de vœux, mais aussi beaucoup de doléances. Permettez-moi, pour ce Nouvel An 2015, de vous offrir, à titre symbolique, en mon nom et au nom de tous mes collaborateurs : le Logo du Médiateur de la République et le film documentaire sur les 20 ans de l’EID.

Je vous remercie.