Lutte contre la corruption et l’impunité

La généralisation de la corruption a pour effet de freiner le développement global du Mali. Elle constitue, à terme, un danger pour la stabilité sociale et politique. Elle discrédite les acteurs politiques, décrédibilise la chose publique tout en sapant les assises morales de la société.

Elle constitue une violation des droits fondamentaux des citoyens et accentue la vulnérabilité et la précarité des populations les plus démunies. Elle fausse les règles du jeu économique, subvertit la loi et donne naissance à des situations de rente indues.

 

La lutte contre la corruption et l’impunité sera organisée sur la base du principe de la tolérance zéro. Elle s’articulera notamment autour de l’accroissement des moyens humains et matériels des structures d’audit et de contrôle, le renforcement du contrôle des collectivités territoriales décentralisées (CTD), la création d’un organe central de lutte contre la corruption, l’accroissement des moyens humains et opérationnels du Pôle économique et financier, l’instauration de la tenue de la comptabilité matière dans les administrations publiques et parapubliques, l’informatisation complète des administrations publiques et la mise en place de mécanismes d’écoute et de traitement des informations fournies par les citoyens.